banner
logog

© franciscan cyberspot


CUSTODY OF
THE HOLY LAND,
Franciscan Friary,
St. Francis Str. 1,
Jerusalem



MENU

LATEST
CUSTODY
NEWS
COMMUNICATIONS
SBF
FPP
CIC
FAI
SHRINES
VIA CRUCIS
PILGRIMS
MADABA MAP


Visit our
BETHLEHEM
Website

QUIRINO STELLA OFM (1920 † 2005)
FRA QUIRINO STELLA OFM • 2005

a Port Said (Egitto) 24 aprile 1920
† Cairo (Egitto) 22 marzo 2005
Provincia Romana di San Pietro e Paolo (Italia)

Cari Confratelli,

Oggi, un altro confratello ci ha lasciato: fra Quirino Stella. Di famiglia italiana, era nato a Port Said (Egitto). A 15 anni era entrato nel convento di Bellegra come novizio della Provincia Romana di Santa Maria in Aracœli. Dopo l’ordinazione sacerdotale ricevuta nel 1943 a Cori (Latina), era stato vicario, vice parroco e guida delle catacombe di San Sebastiano nel convento di San Sebastiano a Roma. Nel 1957 era venuto in servizio alla Custodia di Terra Santa. Per lo più i suoi 48 anni di servizio sono stati spesi come parroco nella chiesa di Santa Eugenia a Port Said.

Con la nazionalizzazione del canale di Suez, la comunità latina si è andata sempre più assottigliando fino a sparire. Con la creazione della nuova provincia della Santa Famiglia in Egitto, fra Quirino, dopo averne fatto parte per un anno, è stato parroco e superiore a Santa Caterina in Alessandria. Quando anche questa casa è passata alla nuova entità della Santa Famiglia, è stato destinato al San Giuseppe (Cairo).

Questo scarno elenco di date è sufficiente per ricordare tante pagine degli ultimi 50 anni della Custodia e intuire i drammi, e la fedeltà di persone come fra Quirino, che li hanno vissuti.
Il 25 luglio 1975 così scriveva al Custode la sorella di fra Quirino: Mio fratello è assente dall’Italia da sette anni; la Mamma anziana desidera ardentamente rivederlo. Ha saputo che padre Quirino è esaurito e che ha avuto una trombosi all’occhio… Ciò è dovuto sicuramente alle vicissitidini della guerra tra Israele e l’Egitto.

Da allora fra Quirino è vissuto altri 30 anni. Chi l’ha conosciuto ricorda la sua modestia; i parrochiani l’amavano per la sua gentilezza. Tutti noi siamo grati al Signore per padre Stella che, nel silenzio e nella fedeltà, ha vissuto le pagine ora liete, ora drammatiche della Custodia francescana di Terra Santa in Egitto.

Fra Quirino aveva 85 anni di età, 69 di professione, 64 di sacerdozio e 48 di servizio. Gli convengono in suffragio l’applicazione di 3 sante messe per ogni sacerdote. Gli altri religiosi partecipino a 3 sante messe e facciano 3 Via Crucis *. In ogni fraternità una santa messa sia celebrata in comune. Preghiamo di celebrare con sollecitudine detti suffragi, affinché il nostro fratello sia ammesso presto alla presenza del Padre celeste, memori che ciò che avremo fatto agli altri, sarà fatto anche a noi.

San Salvatore, 22 marzo 2005

fra Stéphane Milovitch, ofm
Segretario di Terra Santa

 

* Al Capitolo custodiale del 2001 fu presentata la richiesta di non rendere obbligatoria la pratica della Via Crucis in suffragio dei confratelli defunti. Il Capitolo custodiale non accettò la richiesta. Tuttavia delegò il P. Custode a poter esentare, in tutto o in parte, da questo pio esercizio, quei religiosi che ne facessero richiesta.

Omelia del funerale

Le 21 juillet 1990, le Père Carlo Cecchitelli alors qu’il était Custode de Terre Sainte écrivait au p. Stella, âgé de 70 ans:

“Ti deve consolare il fatto che hai lavorato tanto, hai impiegato bene tanti anni della tua vita ed ora non sei più giovane e quindi un po’ di riposo non ti fa male”.

Quinze ans plus tard, le Seigneur rappelle chez lui, précisément le mardi 22 mars, le père Stella pour un repos éternel après quelques jours de soin à l’hôpital italien et après être fortifié par les Sacrements que le Père Giuseppe Cruciani chapelain de l’hôpital lui a administrés.

Qui était le Père Stella?
Nos archives nous rapportent que le Père Stella nacquit le 24 avril 1920 à Port Saïd, suivit les études primaires entre l’école franciscaine de Terre Sainte à Port-Said et celle de Subiaco en Italie, prit l’habit franciscain à l’âge de 15 ans le 15 août 1935 au couvent de Bellegra, où il émit sa première profession à l’âge de 16 ans le 16 août 1936, et y fut admis à la suite de sa Profession solennelle dans l’Ordre franciscain à l’âge de 21 ans le 29 septembre 1941. Mais c’est au couvent franciscain de Cori que notre frère fut ordonné prêtre le 12 juin 1943 à l’age de 23 ans le 12 giugno1943. Nous le trouvons entre Juin 1944 et 1953 comme guide ou Vicaire ou économe ou Directeur aux catacombes de Saint Sébastien à Rome. Il revint en Egypte en 1953 et fut nommé Supérieur et curé de Sainte Eugénie à Port Saïd. Quatre ans après, il demanda de passer en service à la Custodie franciscaine de Terre Sainte. Depuis 1953 jusqu’à 1993, il a toujours été à Sainte Eugénie à Port Saïd excepté les années de 1962 à 1968 qu’il a passés comme gardien et curé à Sainte Catherine à Alexandrie. Après un an passé au sein de la vice-province franciscaine d’Egypte, il fait retour à la Custodie de Terre Sainte qui l’a envoyé au couvent de Sainte Catherine à Alexandrie. Il y resta jusqu’au passage de Sainte Catherine à la vice-province égyptienne en 1998.

Nous avons eu la joie de l’avoir eu parmi nous depuis le 3 novembre 1998, date de sa première messe qu’il a célébrée sur l’autel de notre Paroisse.

Il est mort le 22 mars 2005 âgé de 85 ans dont 62 de sacerdoce. Il a passé presque 52 ans au service de l’Eglise latine en Egypte.

Durant toute sa vie, il a aimé l’Egypte, et l’Egypte l’a aimé.
Retraçons maintenant en grandes lignes la figure du Père Stella.
Fils dévoué de Port-saïd: Sans aucun doute, la ville natale du Père Stella occupait une place considérable dans sa vie. Il y était attaché comme un bébé vis-à-vis de sa mère. Pour cette raison, on peut facilement comprendre le sens de l’amertume qu’il a éprouvée lorsqu’il a dû quitter le couvent et la Paroisse latine de Sainte Eugénie. Il y a trois années presque, il y accomplissait sa dernière visite. Il y allait en tant que Président de l’Association de bienfaisance du Consulat d’Italie à Port-Saïd. Pour les gens de la rue Ahmad Shawqi, où est située l’Eglise Sainte Eugénie, il n’était pas ‘abouna Stella’, mais plutôt “Baba Stella = papa Stella”, tellement il était très proche d’eux. Les communautés religieuses dominicaines, du Bon Pasteur et franciscaines se rappellent encore de ces célébrations eucharistiques quotidiennes, passant les servir une communauté après l’autre.

Zèle pastoral: Malgré son age avancé, le père Stella tenait à rendre visite à deux familles qui sans doute le connaissaient depuis qu’il était à Port-Saïd: une habite à côté de Muhandessin et l’autre habite à Choubra. Il savait comment rendre moins amères les circonstances de santé précaire dans lesquelles ces personnes vivaient. Dans sa dernière visite à la famille de Muhandessin, à laquelle il tenait beaucoup, il a administré les derniers Sacrements que cette dame port-saidienne a eu avant de mourir. Ce zèle pastoral l’a accompagné durant toute sa vie comme curé. Encore, je me rappelle de ces visites qu’il faisait aux familles de Sainte Catherine: C’était une forme d’évangélisation à laquelle il tenait. Comment oublier aussi la correspondance abondante qui le tenait en contact avec toutes les personnes qui l’ont connu et aimé.

Homme de prière et dévotion: Il tenait beaucoup à la vie de prière. Comment ne pas nous rappeler de ses visites quotidiennes et fréquentes au Saint-Sacrement et sa prière persévérante du Rosaire. Il était devenu presque inséparable de l’Eglise. Il n’oubliait jamais que si le Seigneur l’avait choisi comme religieux c’était aussi pour faire de lui une âme priante. Heureux sont ceux qui lui confiaient leurs prières. Ils sont sûrs que leurs demandes étaient prises au sérieux.

Un autre détail concerne sa dévotion fixe vers les saints et saintes : Saint Antoine chaque mardi, Saint Joseph les mercredi, Sainte Rita les jeudi, le Sang du Christ chaque vendredi, et Sainte Vierge Marie les samedi.

Apôtre du confessionnal: Depuis son arrivée dans notre communauté paroissiale, il aimait passer le temps au confessionnal. C’était son apostolat qui le distinguait. Il y trouvait un espace pour y montrer la miséricorde du Seigneur. Il l’exerçait avec un sens paternel et fraternel qu’il a su montrer à chaque pénitent. On allait se confesser chez lui sûr de trouver en lui une incarnation de l’homme de Dieu qui sait accueillir le pénitent avec “une charité qui excuse”, comme l’a bien précisé Saint Paul. Chose bizarre: il était tellement doué qu’il savait comment attirer les jeunes pour qu’ils fréquentent régulièrement ce sacrement vital. Et lorsqu’il ne pouvait pas comprendre la langue du pénitent, il ne le négligeait pas. Il laissait le confessionnal et allait à la recherche d’un confrère qui parle la même langue du pénitent.

Une mémoire historique: Avec la mort du père Stella, les Franciscains en Egypte ont perdu un témoin oculaire de l’apostolat franciscain lui-même. Il n’y a pas un événement qui concerne la vie franciscaine en Egypte sans que le Père Stella nous dévoile les vicissitudes de telle activité ou telle autre. Il était pour nous tous la mémoire historique vivante.

Un lecteur assidu: Le père Stella était avide de lectures. Il cherchait surtout les livres de spiritualité et biographies de saints. Sans oublier qu’il était le premier qui cherchait à lire non pas les journaux quotidiens, mais plutôt le journal de l’Eglise: l’Osservatore Romano.

Aucune avidité d’argent: Dans la dernière période de sa vie, le Père Stella devait acheter beaucoup de médicaments. La Providence lui fournissait à travers les amis l’argent nécessaire pour les régler sans qu’il se sente lourd sur l’économie du couvent. Il pouvait aussi réclamer le remboursement en tant que membre de la communauté, chose qu’il n’a jamais faite.

En synthèse, nous pouvons affirmer que le Père Stella vivait autour de trois centres d’intérêt : spiritualité franciscaine, dévotion à Marie, et zèle pour les âmes au confessionnal.

Au nom de la Custodie de Terre Sainte et de la Province Romaine, je remercie tous ceux qui sont venus partager notre douleur pour la perte de notre frère le père Stella. Et au nom du Père Stella lui-même, je tiens à exprimer sa reconnaissance et la nôtre aux Sœurs Elisabettines de Saint Joseph, et particulièrement, à Sœur Piera, pour avoir fait de son mieux avec zèle et amour pour le soigner. Que le Seigneur les bénisse.
“Padre Stella, ti deve consolare il fatto che hai lavorato tanto, hai impiegato bene tanti anni della tua vita ed ora non sei più giovane e quindi un po’ di riposo non ti fa male”. Entra nel riposo eterno. Amen.

Fra Mamdouh Chehab ofm
Delegato del Custode per l’Egitto


bullet  Communications Main                                Custody Main  bullet

rightlogo

 

FOLLOW THIS LINK IF YOU WANT TO  Contact us - Contattaci - Contacte con nosotros

Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created/Updated Wednesday, 23 March, 2005 at 8:56:08 am by J.Abela, E.Alliata, Marina Mordin
Web site uses Javascript and CSS stylesheets - Space by courtesy of Christus Rex

© The Franciscans of the Holy Land

cyber logo footer