DISCUSSION

The Sinai Desert and Egypt

135. Desert where the serpent of brass saved the Israelites - (Punon - Feinan)


PUNON, encampment of the Israelites in Edom, between Zalmonah and Oboth (Num. 33:42-43). It is identified with Khirbat Faynan, the Greek Phainon, in the Arabah. Remains of ancient copper mines abound in the area, the richest being at Umm al-Amad. The copper ore of Punon was exploited from Chalcolithic times onward. There is evidence of extensive settlement at the end of the Early Bronze Age and in Iron Age I. The name of the Edomite prince Pinon (Gen. 36:41; I Chron. 1:52) may be connected with the locality. The mines were reopened in Nabatean times and continued to be exploited throughout the Roman and Byzantine periods. They were worked by condemned criminals, as well as Christian martyrs and bishops. Remains at the site include the foundations of a basilica and an inscription mentioning a bishop Theodorus. According to the Madaba map, the place where the Israelites were saved by the copper serpent was located near Punon. The place was included in the fortifications of the Roman limes, Ala Prima miliaria Sebastena being stationed there (Notitia dignitatum, 73:32).

Michael Avi-Yonah, Encyclopaedia Judaica, ad v. "Punon"

This text refers to Mumb. 21:6-9, the story according to which Moses put up a bronze snake on a pole in order to save the people bitten by venomous snakes.

Herbert Donner, The Mosaic Map of Madaba, Kampen 1992, p. 83.

François-Marie Abel (Géographie de la Palestine.II, Paris 1938, s.v. "Pounon", 410-411)
POUNON, (Pheino, Phinon), siège d'un chef édomite, Gen. xxxvi, 41 ; station des Hébreux au « désert où le serpent d'airain sauva les Israélites » comme on peut l'inférer de la situation de cette légende sur la C. de Mad. sur le bord oriental de la 'Araba. L'Onom. 69,9 garde le souvenir des travaux forcés imposés aux chrétiens dans les mines de cuivre : « Fenon._ nunc viculus in deserto, ubi aeris metalla damnatorum suppliciis effodiuntur inter civitatem Petram et Zoaram. » A cette dernière indication correspond le site de Feinan à 40 km. au sud de la mer Morte, reconnu en octobre 1897 par les PP. Lagrange et Vincent, visité et relevé ensuite par Musil le 3 mai 1898, exploration complétée par Blanckenhorn en mars 1908, par F. Frank en novembre 1932, par N. Glueck et sa mission en mars 1934. D'après les constatations de te dernier, cette considérable installation aurait été occupée de 2200 à 1800, de 1200 à, 800, puis sous les Nabatéens, les Romano-byzantins et presque à toutes les périodes suivantes. Les ruines sont répandues de chaque côté du W. el-Ghuweir avant sa jonction avec le Seil Dana. Le principal de l'agglomération était sur l'éminence nord couverte de scories et de blocs de grès provenant de murs écroulés; au pied du côté ouest, restes d'une basilique chrétienne avec son abside et, plus loin, les arasements d'un monastère où fut découverte une inscription mentionnant l'évêque Théodore (587-8 de notre ère). Franck a rapporté quelques textes funéraires du cimetière de l'endroit. Au sud du torrent les ruines sont traversées par un aqueduc à arches. Feinan est bien pourvu d'eau; le bois nécessaire à la fonderie du cuivre était fourni par les flancs de la montagne orientale. Le minerai provenait surtout de la grande mine d'Umm el-'Amad, du côté de Shaubak.

See more sources and bibliography thereafter.

Map Section 10 Place Sources

logo logo